Visite de l’atelier de Stephan Bleek

A son bureau avec Ernest Hemingway

Bureau le soir – Photo : Stephan Bleek

Activité du soir pendant la préparation d’une production. Comment créer mon histoire ? Comment organiser le travail avec votre matériel ? Cela signifie surtout qu’il faut prendre de nombreux extraits de livres spécialisés sur l’histoire en cours et les mettre dans un programme de base de données afin que les déclarations et les contenus trouvés soient rassemblés de manière structurée. Le chaos créatif est organisé pas à pas selon des principes dramaturgiques : Des nus, des séquences, des scènes, des pas. Histoires, protagonistes, antagonistes…

Si vous avez affaire à des documentaires historiques, le contact avec les archives du film est bien sûr important. La recherche dans les premières bobines de film originales, avec lesquelles la structure du film prend forme, est stimulante.

Ici, sur le film d’archives de mon programme de montage, Ernest Hemingway (1944 en France) envoie un chaleureux “Cheers” avec un verre de whisky – peut-être que cette scène apparaîtra dans un des prochains projets de film ?

L’atelier de l’auteur du documentaire est aussi solitaire dans la phase de développement du matériel que n’importe quel atelier d’auteur. L’ambiance n’est pas toujours aussi détendue qu’avec Hemingway. Peut-être devrais-je apprendre à aimer le whisky ?

Une fois que les premières idées ont mûri en un exposé et qu’un client – généralement une chaîne de télévision – a été trouvé, les phases de calcul des coûts, d’approbation des budgets et éventuellement de développement du projet financé commencent. Je produis des films avec ma société de production zb Media, mais je travaille aussi avec d’autres sociétés.

Films pour la télévision

Diskussion im Studion

Je suis arrivé à la télévision plutôt par hasard – on m’a approché en tant qu'”expert en histoire” alors que j’avais encore un poste de recherche au département d’histoire de l’université de Munich. Comparé aux expériences plutôt poussiéreuses des archives historiques et de la vie universitaire, le travail dans un média de masse était extrêmement excitant et stressant, surtout lorsqu’il s’agissait de contributions au programme en cours, qui étaient parfois terminées quelques minutes avant leur diffusion.

Je dois de merveilleuses commandes aux rédactions de la Bavarian Broadcasting Company, des films sur l’art et la culture de la Renaissance en Italie, sur le gothique en France ou des films sur les paysages du sud de la France.

Mais aussi des films sur des sujets politiques et historiques actuels, comme le film “Haus Herzenstod”, dans lequel j’ai pu faire un reportage sur les écrivains de la RDA en 1991. Les rencontres avec Erich Loest et d’autres ont été parmi les expériences les plus formatrices de ma carrière professionnelle.

Le fait de travailler à la rédaction du talk-show “Veranda” de l’ARD avec Dagobert Lindlau en 1991 a eu un effet très similaire. Dagobert Lindlau était un excellent journaliste pour qui la formation d’une opinion personnelle indépendante était essentielle. Sa vision des choses était souvent très différente de celle de ses collègues. Le fait qu’il se soit lui aussi parfois trompé n’est pas un argument contre le principe fondamental de notre travail. “Pour distinguer ce qui est vrai de ce qui est faux et ce qui est important de ce qui est sans importance”.

Eigenleben

L’année dernière, j’ai commencé à travailler sur le magazine en ligne Eigenleben et j’ai soutenu ce projet social. Ce fut un grand honneur d’être nominé pour le Prix Grimme Online 2019, que le projet a réalisé.