Buchenknospe

L’Homme qui plantait des arbres

Buchenblatt

Il y a quelques années, j’ai réalisé un film documentaire pour le Bayerischer Rundfunk sur la région de la Durance, dans le sud de la France. Dans ce film, j’ai également fait référence à l’écrivain provençal Jean Giono et j’ai rencontré sa fille. L’histoire “L’Homme qui plantait des arbres” est un texte touchant, qui est encore plus pertinent aujourd’hui en raison de la destruction continuelle de la nature et du changement climatique.

“Il y a environ quarante ans, j’ai fait une longue promenade à pied sur les hauteurs des Alpes, qui ne sont pas remarquées par les touristes et qui descendent vers la Provence. (…) J’ai parcouru les hauts plateaux là où ils étaient les plus larges et au bout de trois jours je me suis retrouvé dans un désert incomparable. J’ai campé près d’un village déserté. Je n’avais pas eu d’eau depuis la veille au soir, alors j’ai dû en trouver. Les maisons, densément entassées comme un nid de guêpes, en décomposition ou non, m’ont fait penser qu’il a dû y avoir une fois une source ou un puits ici. Il y avait aussi une source, mais elle s’était tarie.”

“Après cinq heures de marche, je n’avais toujours pas trouvé d’eau, et rien ne pouvait me donner l’espoir d’en trouver. Partout, la même sécheresse, les mêmes herbes maigres. Puis j’ai vu une petite silhouette noire dans la Feme. Je pensais que c’était la souche d’un arbre solitaire. Alors, avec un peu de chance, j’ai marché vers elle. C’était un berger. Une cinquantaine de moutons étaient couchés sur le sol chaud, reposant à côté de lui.”

Buchenknospe

“Il a été immédiatement convenu que je devais rester pour la nuit ; le village suivant était à plus d’une journée de route d’ici.”

“Le berger, qui ne fumait pas, alla chercher un petit sac et versa un tas de glands sur la table. Il s’est mis à les examiner attentivement, en séparant le bon du mauvais. J’ai fumé ma pipe. Je me suis proposé pour l’aider. Mais il a dit que c’était déjà son affaire.”

“Cet homme a répandu la paix autour de lui. Le lendemain matin, je lui ai demandé si je pouvais me reposer avec lui pour le reste de la journée. Il a fait sortir son troupeau de l’étable et l’a conduit au pâturage. Avant de partir, il a trempé le sac avec les glands soigneusement sélectionnés et comptés dans un seau d’eau. J’ai remarqué qu’au lieu d’un bâton, il a pris une barre de fer aussi épaisse que son pouce et d’environ un mètre et demi de long”.

“Une fois arrivé là où il voulait aller, il commença à enfoncer sa barre de fer dans la terre. Il a donc fait un trou et y a mis un gland, puis il l’a refermé. Il a planté des chênes. Je lui ai demandé si la terre lui appartenait. Non, il a répondu. (…) J’ai dû être très persistant dans mes questions pour qu’il y réponde. Pendant trois ans, il a planté des arbres dans cette solitude. Il en avait déjà planté 100 000. Sur les 100 000, 20 000 avaient été plantés. Sur ces 20 000, il a estimé qu’il en perdrait la moitié à cause des rongeurs ou de circonstances qui ne pouvaient être prévues dans les plans de la Providence. Il en restait donc 10.000 qui ont surgi là où il n’y avait rien avant”.

“Les chênes de 1910 avaient donc dix ans et étaient plus hauts que lui et moi. Ce spectacle était impressionnant, j’étais littéralement sans voix, et comme il ne parlait pas non plus, nous avons passé toute la journée à marcher en silence dans la forêt. Il a mesuré en trois sections onze kilomètres de long et trois kilomètres de large. Lorsque vous vous êtes souvenu que tout cela venait des mains et du cœur de cet homme, sans aucun moyen technique, il vous est apparu que les gens d’autres domaines pouvaient être aussi créatifs que Dieu, et pas seulement dans la destruction.”

Buchenzweig

“Il avait poursuivi son idée plus loin, et les hêtres qui s’élevaient jusqu’à mes épaules, à perte de vue, le prouvaient. Les chênes étaient denses et avaient dépassé l’âge où les rongeurs pouvaient leur faire du mal”.

(40 ans plus tard) “Tout avait changé, même l’air. Au lieu des vents secs et violents qui m’accueillaient autrefois, il y avait une douce brise pleine de parfums. Un murmure, semblable à celui de l’eau, venait des hauteurs : C’était le vent dans les bois. Et enfin, le plus étonnant, j’ai entendu un vrai murmure de l’eau d’une piscine. J’ai vu qu’ils avaient fait un puits. Il y avait assez d’eau, et ce qui m’a le plus ému, c’est qu’un tilleul avait été planté à côté, il y a environ quatre ans, déjà fort, symbole de la résurrection dont on ne peut douter.”

“Là où j’avais vu des ruines en 1913, des fermes propres s’élevaient maintenant, magnifiquement crépies, qui témoignaient d’une vie heureuse et agréable. Les anciennes sources, alimentées par les pluies et les chutes de neige qui attirent les forêts, bouillonnent à nouveau. Des canaux d’eau ont été construits. A côté de chaque maison, une érablière, et les fontaines débordent dans les tapis d’herbe à la menthe verte. Les villages ont été reconstruits peu à peu. Une population est venue de la plaine où la terre est devenue chère, s’est installée ici et a apporté la jeunesse, la vie et l’entreprise. Dans les ruelles, on rencontre des hommes et des femmes, des garçons et des filles qui savent rire et qui ont retrouvé leur joie dans les fêtes rurales. Si l’on ajoute à cela la population âgée – qui n’est pas reconnaissable puisqu’elle a vécu avec plaisir – plus de 10 000 personnes doivent leur bonheur (à l’homme aux arbres)”.

For privacy reasons Vimeo needs your permission to be loaded. For more details, please see our Mentions légales.
I Accept